Archives-Laseldi image
UNIVERSITE DE FRANCHE-COMTE
LAboratoire de SEmiotique, Linguistique,
Didactique et Informatique
Equipe d'Accueil : 02281
Directeurs : Andrée CHAUVIN-VILENO et Daniel LEBAUD


logo de l'université

Séminaires

Didactique des langues, constitution de la parole et subjectivation - Pr. Patrick Anderson - 2008/2009

Les jeudis de 13 h 15 h

Salle D 01

Arguments
Dans le prolongement du sminaire 2007/2008, nous nous proposerons dexaminer comment la domination aujourdhui si prgnante de lusage stratgique de la langue dans la DLE inscrit le sujet dans un temps de la jouissance immdiate. Que peut signifier pour un sujet de sinscrire dans une temporalit du bref ? Que peut signifier prcisment parler de sujet alors que la DLE en dni mme lexistence ! Le sujet moderne est mort, nous disait J.L. Nancy, dans sa double rfrence kantienne et freudienne, cest--dire le sujet critique kantien et le sujet nvrotique freudien. On peut dsormais lire une reprsentation machinique de ltre humain et pour revenir la DLE cest ce quimplique le choix du vocable apprenant mme lorsquil est accompagn du terme sujet (sujet-apprenant).Lapprenant vide conceptuel, dsymbolis, a des besoins, doit acqurir des outils et des comptences pour communiquer qui lui permettront de fortifier ses savoirs-faire, ses savoirs-dire et surtout son savoir-tre tout ceci bien videmment laide dun dveloppement de ses motivations !

Au mythe qui semble merger dans notre post-modernit de la rduction ncessaire de lhtrognit du langage et de la tentative de rendre les diffrentes langues superposables rpond ce quil en est de la singularit du sujet, de son histoire et de son inscription comme parltre or et ce nest pas le moindre des paradoxes les rapports langue/sujet ne font que glisser comme leau sur les plumes des canards. Dans ce temps que nous livre lconomie de march, dans ce temps galement marqu par la prolifration jargonneuse de termes techniques, n y-a-t-il pas ce quOrwell pointait comme cration dun novmonde ? En dautres termes comment la technicisation, les pratiques deuphmatisation et de confusion des genres qui sont aisment visibles dans notre contemporanit perturbent nos propres rapports aux langues ? Quelles incidences livre cette configuration pour ce qui est dapprendre une lange autre langue de lautre ?

Si lenseignement /apprentissage des langues se veut traducteur dune rationalit effective, cest du moins ce quaffiche le cadre europen, et pense lobtenir en se coupant de ce que livre une rflexion sur la chose didactique on peut se demander sil y a encore du didactique dans la DLE ? (faon brutale de prolonger le propos de Leibniz ! ) Si les trois termes : savoir, sujet et langage ont chaque poque t interrogs du ct du pdagogique - Quen est-il aujourdhui dans le champ de la DLE ?

J.C. Milner dans les noms indistincts ( Paris, Seuil 1983) crit :

Il y a trois suppositions. La premire, ou plutt lune, car cest dj trop que dy mettre un ordre, si arbitraire quil soit est qu il y a : proposition thtique qui na de contenu que sa proposition mme un geste de coupure, sans quoi il nest rien quil y ait. On nommera cela rel ou R. Une autre supposition, dite symbolique ou S, est quil y a de la langue, supposition sans laquelle rien, et singulirement aucune supposition, ne saurait se dire. Une autre supposition enfin est quil y a du semblable, o sinstitue tout ce qui fait lien : cest limaginaire ou I.

De certaines de ces suppositions, se dduisent, par analyse, des sries de propositions qui senchanent.

Cest ici quil sagira de replacer le sujet cliv, sujet travers par linconscient, afin dinterroger ce que peut signifier se forger une autre nonciation. sapproprier la langue de lautre.

A partir de ce cadre nous convoquerons diffrentes notions prsentes dans ce qui gravite autour du Cadre commun de rfrence du Conseil de lEurope et la doxa du champ et les interrogerons partir de la problmatique dun sujet dsirant.
Programme
  Les jeudis de 13 h 15 h

  9 et 23 Octobre :

  13 et 27 Novembre :

  11 Dcembre :

  22 Janvier :

  5 et 19 Fvrier :

  12 et 26 Mars :