Archives-Laseldi image
UNIVERSITE DE FRANCHE-COMTE
LAboratoire de SEmiotique, Linguistique,
Didactique et Informatique
Equipe d'Accueil : 02281
Directeurs : Andrée CHAUVIN-VILENO et Daniel LEBAUD


logo de l'université

Séminaires

Conférence d'Emmanuelle CAMBON

" Discursiviser les textes "

Jeudi 28 avril 2005 de 14h à 16h

Salle G02


Arguments
En présentant un travail en analyse de discours, on souhaite interroger les rapports entre texte et discours du point de vue de leur statut dans l'analyse. La problématique abordée ici se situe dans la perspective d'une sociologie du langage et de la figure du représentant politique, construite par les formes d'anthroponymes utilisées dans le discours du FN.
Cette construction de la figure du représentant (de Jean-Marie Le Pen et d'autres) a des effets dans le monde et c'est en termes de structuration de l'espace politique de la représentation que nous l'envisageons. C'est en ce sens que cette étude se situe dans la perspective d'une sociologie du langage : prendre acte du fait que le discours est partie prenante des fonctionnements sociaux, ici politiques.

En appui sur l'affirmation de M. Pêcheux, selon qui " il est impossible d'analyser un discours comme un texte, c'est-à-dire comme une séquence linguistique fermée sur elle-même, il est nécessaire de le référer à l'ensemble des discours possibles, à partir d'un état défini des conditions de production " (1969, p.16), on cherche à donner teneur discursive aux textes qui constituent nos données. Très classiquement, ce qu'on peut appeler une discursivisation des textes, est passé pour nous par la comparaison avec des textes d'autres partis politiques, selon une méthode d'analyse quantitative du vocabulaire (LEXICO 3).
Nous avons en cela tenté de construire méthodologiquement l'arrière-plan discursif sur fond de quoi :
- les productions du FN apparaissent comme du discours,
- les formes d'anthroponymes peuvent être considérées comme structurantes de l'espace de la représentation politique.
- discursiviser les textes rend alors compte de l'après-coup interprétatif de l'analyste qui suppose une pertinence sociale à son choix de corpus.
On présentera :
- l'arrière-plan théorique de l'analyse appuyée sur les conceptions du discours de M. Foucault, M. Pêcheux et P. Achard
- la démarche adoptée (discursivisation des textes)
- des éléments pour saisir comment les formes d'anthroponymes cristallisent des enjeux politiques dans le champ contemporain de la représentation politique.
Emmanuelle CAMBON
- Université de Paris III, SYLED-RES
- Auteur d'une thèse soutenue en 2004 (dir. B Bosredon) intitulée
" Personnification et personnalisation dans le discours politique du Front National. Approche discursive de la figure du représentant politique construite par les formes d'anthroponymes ".